PRINCIPES

 

Les Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) littéraires proposent une formation générale, en lettres, langues et sciences humaines. La 1ère année, celle de Lettres Supérieures, est dénommée Hypokhâgne (HK) ; la seconde année, celle de Première Supérieure, est dénommée Khâgne (KH). On ne peut faire deux années d'Hypokhâgne, tandis que, la possibilité étant donnée aux étudiants, ils sont nombreux à choisir de passer une deuxième année en Khâgne ('khûber').

L’Hypokhâgne est dite ‘indifférenciée’, l’esprit pluridisciplinaire de la formation se traduisant par le fait que chaque discipline est à parité et que la réussite de l’année repose sur un travail soutenu dans toutes. Le fait que l’on doive choisir une dominante en 2ème année (appelée parfois ‘spécialité’, parfois ‘option’) ne signifie d’ailleurs pas que cet esprit disparaisse.

A l’issue de la 1ère année, mais surtout de la 2e et de la 3e année, les étudiants peuvent se présenter à de multiples concours, qui leur ouvrent de nombreuses carrières : enseignement, recherche, traduction, patrimoine, haute administration, journalisme…

La Khâgne Moderne (KM) proposée au Lycée Jules Ferry est avant tout liée par les programmes de concours à l’ENS-LSH (Lettres et Sciences Humaines) de Lyon, mais donne la possibilité comme toutes les CPGE de préparer d’autres écoles, en particulier depuis l’établissement d’une Banque d’Epreuves Littéraires (BEL) permettant aux étudiants de ne pas avoir à multiplier les écrits pour les différents concours – il est à noter qu’il reste toutefois quelques écrits spécifiques à certaines écoles. 

En effet, si l’on prépare traditionnellement dans ces classes les concours des ENS, depuis quelques années la BEL est commune aux trois ENS (Ulm, Lyon et Cachan), et à des écoles de commerce, de journalisme, de traduction.

La formation pluridisciplinaire de ces classes ainsi que la première étape de spécialisation (Khâgne) sont ainsi reconnues par de nombreuses écoles comme base pertinente de leur propre recrutement et socle de leur formation ultérieure.

Liste sommaire des concours préparés à Jules Ferry dans le cadre de la BEL, et des écoles dans lesquelles nos élèves intègrent régulièrement :

 

A) Les ENS :

École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon (pour la totalité de nos étudiants)

École Normale Supérieure de Cachan (concours E Langues étrangères pour les anglicistes)

École Normale Supérieure de la Rue d’Ulm (pour quelques étudiants, qui conservent le latin en khâgne)

 

B) Autres écoles (concours littéraires « élargis »)

 

Écoles supérieures de commerce : HEC (Hautes Etudes   Commerciales), ESCP (École Supérieure de Commerce de Paris), ESSEC (Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales), ECRICOME (groupe d’écoles de commerce)

           Instituts d’Etudes Politiques :

IEP de Province : concours spécifiques dès la fin de la 1ère année pour certaines écoles ; accès possible en 2e et 3e année

IEP de Paris : concours spécifique en fin de 3e année

École Spéciale Militaire de St Cyr, Écoles de journalisme et de traduction (ISIT (Institut Supérieur d’Interprétation et de Traduction), ESIT (École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs), CELSA (École des Hautes Études en Sciences de l’Information et de la Communication),

Pour certaines de ces écoles, ainsi que pour d’autres écoles ouvrant sur des professions culturelles (Patrimoine, Louvre, FEMIS), qui sont hors BEL, la formation dispensée en CPGE, les méthodes de travail et le bagage culturel s’avèrent des atouts précieux.

La formation reçue en classe préparatoire littéraire est irremplaçable par son caractère pluridisciplinaire : parallèlement à sa dominante universitaire, l’étudiant mène des études approfondies dans les autres matières littéraires.

Une telle exigence entraîne un travail important, certes facilité par un enseignement plus personnalisé qu’à l’université, mais supposant motivation, puissance de travail et persévérance.

Des conventions existent entre le Lycée Jules Ferry et les Universités parisiennes : sur proposition du conseil de classe, ces dernières accordent, en fin d’hypokhâgne, une dispense dite équivalence de la L 1 (ancienne 1ère année de DEUG), en fin de première khâgne, une dispense pour la L 2, et, pour la majorité d’entre elles (Paris I, Paris III, Paris IV, Paris VII et Paris X), en fin de deuxième khâgne, une dispense pour la L 3. Voir document « Inscriptions à l’université » en lien ci-dessous.

Nos étudiants franchissent donc les différentes étapes du cursus universitaire sans perdre de temps. Ils doivent pour cela s'inscrire obligatoirement à l’Université dès la rentrée (Inscriptions à l’université)

Les méthodes et les connaissances acquises dans ces classes, de même que l’habitude d’un travail soutenu et rigoureux, permettent de poursuivre ensuite des études supérieures et de passer des concours dans des conditions très favorables : CAPES, agrégation, concours administratifs, ENA…