Très belle exposition « Regarde-moi dans les yeux » réalisée en SVT, à découvrir dans le hall du lycée

Regarde-moi dans les yeux

Dans le cadre du programme de SVT, en lien avec l’étude du rôle de l’être humain dans l’érosion de la biodiversité, les élèves sont invités à participer au projet créatif Regarde-moi dans les yeux, encadré par Mme Renaud, professeure de SVT.

Chaque élève de la classe de 2nde2 de 2019-2020 et de 2nde9 de 2021-2022 a choisi un animal dont l’espèce est menacée par les activités humaines et a dessiné son regard.

Leurs regards nous invitent à penser le monde de demain.

Dessin de zelia Boudié, de Seconde 9

Bonne visite !

Vous retrouverez dans l’exposition les dessins de :

Jean ABLARD, Lola AMIEL, Clara ASTESANA, Raphael BAUM, Jeanne BERAUDY, Anaïs BOHN, Iris CARRIER, Eva CAVANNA, Laurene COURTY, Alice DANSERT, Camille DE MONTS DE SAVASSE, Jil DECHAMBRE CARLETTI, Julie DEKEYSER, Fanfan DERAI, Joachim FOCO, Gregoire GENUIT, Ludivine GILLERON, Louve GROSJEAN DUCATEAU, Nour HELIN, Arthur HOHL, Shana ILIE, Justine LACHIEZE, Lorette LEBREC, Natacha LOPEZ ZAPATA, Gabriel MAILLOT PAGES, Héloïse MATHIEU, Neoma MATI BACELAR, Thomas MOURET, Léa N’DRI, Jonathan NKOKO LUWANU, Louis PAILLER, Margot POULLE, Anaïs SANNIER, Ba Mohamadou TANDIAN, Anouk VERCKEN DE VREUSCHMEN, Nino YOMBO

Et Brayan BADAMIE, Sunny BARDELLI, Keren BENCHETRIT, Rafael BOMPOIL, Zelia BOUDIE, Joséphine BRIAND, Sophie CAMP, Juliette CARREZ, Mila CAUS JANSELME, Alexandra CHABANE, Laurine CHRISTOPHE KOMARA, Abdel Hafiz DIALLO, Martin ESCHALIER, Angèle FERME, Vincent HAUMESSER, Alexander JEMMETT, Bintou KARAMOKO, Sacha KEFF, Emile KUBUSIAK, Antonina LE BER, Ines LEPOIX, Jeanne LOCHE, Arthur MARCHAND, Nils MICHEL HOARAU, Chloe MINTJAMLA DONGMO, Jeanne MOGLIA, Gabriel PARRADO MIRANDA, Armanec PELLETIER, Antonina PERDRIEL VAISSIERE, Inès PICARD DEYME, Hannah PRIGENT, Rubens QUATREFAGES LENFANT, Felix RAYMOND, Maximilien ROGIR, Una TRIVUNCIC

CR de Madame Renaud, professeure de SVT

Visite de l’exposition « Entre tes yeux et les images que j’y vois »

Dans le cadre du programme « Femmes, féminité, féminisme » en spécialité Hida de terminale, les élèves de madame Cavaleri, professeure d’espagnol et d’Hida, et de monsieur Jehan, professeur d’histoire-géographie et d’Hida, ont visité l’exposition « Entre tes yeux et les images que j’y vois » (un choix sentimental) à la Fondation d’entreprise Pernod Ricard.

Accueil du groupe par Inès Huergo, chargée des publics, en présence de deux des artistes exposées

La Fondation cherche à toucher de jeunes publics en programmant des créateurs et créatrices qui entrent sur la scène artistique. Elle oriente sa politique à l’endroit des femmes artistes. La nouvelle exposition met ainsi en lumière neuf jeunes artistes dont sept femmes.

Les élèves ont découvert les œuvres de ces neuf artistes, diplômés de l’école des Beaux-Arts de Paris et réunis autour d’un projet collectif reposant précisément sur leur connivence fondée au sein de l’ENSBA.

Les artistes exposés ont été invités par les commissaires Anaëlle Pingeat et Sophie Vigourous à rassembler dans une vitrine, en regard de leur œuvre, divers objets – carnets, dessins, notes, etc. Ces vitrines constituent des cartes mentales permettant de comprendre la genèse des œuvres exposées. Les commissaires ont voulu faire dialoguer le processus créatif et la réalisation finale, autrement dit réconcilier le concept et l’objet, dans une volonté de proximité des œuvres présentées.

Vitrine en regard des œuvres des artistes
L’artiste Nathanaële Herbelin commente son tableau Augustan, 2012
L’artiste Christine Safa commente son tableau Le lac de deux visages, 2021


En même temps, ces objets par leur diversité identifient des singularités, chaque artiste s’appuie sur des balises qui ne sont pas interchangeables. Si ces dernières dévoilent l’intime d’une création, une inconnue demeure, comment passe t-on à la réalisation définitive, autrement dit au tableau exposé ?

Le dialogue avec les artistes ouvre sur une autre dimension de cette création, les matériaux et leur « autonomie », tout n’est pas prévisible, l’œuvre se révèle en se matérialisant. Une dernière dimension est abordée, celle du temps de l’exposition avec le spectateur qui est lui aussi un révélateur. Exposer c’est ainsi apprendre sur son tableau et sur soi-même nous disent les trois artistes, que nous avons rencontrées. On comprend alors pourquoi toutes les trois ont insisté sur la fragilité de l’artiste et sur son besoin d’encouragement et d’échange.

Nos élèves ont vraiment apprécié de rencontrer ces trois artistes exposées dans la galerie. Ce moment a donné lieu à de riches échanges autour des œuvres des artistes et du parcours scolaire des jeunes peintres qui ont manifesté leur volonté de désacraliser le concours d’entrée à l’ENSBA. Ces instants artistiques partagés feront peut-être naître de nouvelles vocations chez certains de nos élèves.

Exposition en cours « Entre tes yeux et les images que j’y vois »

Entrée gratuite du Mardi au Samedi 11h-19h Nocturne jeudi 11h-21h Lundi sur rendez-vous

Pour découvrir l’exposition ou prolonger la visite : vues de la galerie, visite virtuelle et vidéo de Tim Eitel questionnant les artistes “Comment faire un film sur vous ?”

https://www.fondation-pernod-ricard.com/evenement/exposition-entre-tes-yeux?page=1

La fondation Pernod Ricard

Fondation au 1, Cours Paul Ricard – Paris 8ème ( à côté de la gare Saint-Lazare)

Pour en savoir plus sur la Fondation

https://www.fondation-pernod-ricard.com/la-fondation

CR de M.Jehan, professeur d’histoire-géographie et d’Hida

Sortie de la classe de 1ère1 : « La Cantatrice chauve » au théâtre de la Huchette !

Les élèves de Madame Viennot-Franca, professeure de Lettres et d’Hida ont eu la chance d’assister à la 19470ème représentation de La Cantatrice chauve, dans le célèbre et mythique théâtre de la Huchette, « le plus petit des grands théâtres » au 23 rue de la Huchette dans le 5ᵉ arrondissement de Paris.

Les élèves de 101 et leur professeure, Madame Viennot-Franca, devant le théâtre de la Huchette le 22 avril
Vif succès pour les artistes qui ont suscité l’adhésion de leur public, dans une salle encore comble ce soir-là !

Pièce emblématique du théâtre de l’absurde, la Cantatrice chauve est difficile à résumer car elle n’a pas de réelle intrigue mais des personnages hauts en couleur : Les Smith, famille traditionnelle londonienne, reçoivent les Martin; un capitaine des pompiers leur rend visite et va reconnaître en la bonne Mary, une vieille amie. Cette œuvre est « une autopsie de la société contemporaine par le truchement de propos ridicules de banalité » que tiendront les personnages.

Une très belle soirée pour nos élèves qui ont apprécié le jeu épatant de tous les acteurs et la drôlerie irrésistible de nombreuses répliques.

https://www.theatre-huchette.com/spectacles-a-laffiche-ce-soir/

Les groupes HGGSP de terminale ont assisté à la projection « De nos frères blessés » au Louxor

Dans le cadre du Projet Algérie 1962-2022, les élèves de Terminale des groupes de l’option Histoire Géographie Géopolitique Sciences Politiques (HGGSP) de Madame Noesser et Monsieur Louaas se sont rendus mercredi 20 avril et vendredi 21 avril au Cinéma Le Louxor pour assister à une projection particulière du film De nos frères blessés du réalisateur Hélier Cisterne.

Un des groupes HGGSP2 de Madame Noesser

De nos frères blessés de Hélier Cisterne (2022) est une adaptation libre du roman éponyme de Joseph Andras pour lequel il obtint le prix Goncourt du premier roman en 2016 mais refusa de le recevoir.

Le film retrace la vie du militant communiste et anticolonialiste Fernand Iveton (superbement interprété par Vincent Lacoste) qui fut le seul pied-noir guillotiné – on peut dire pour l’exemple – le 11 février 1957 à l’âge de 30 ans en raison de son engagement auprès du FLN, mouvement qu’il a rejoint après la dissolution du Parti Communiste Algérien. Il était à l’origine d’un projet de sabotage dans son usine par une petite bombe qui devait exploser après le départ des ouvriers mais qui a été désamorcée par un contremaitre. Elle n’a donc fait aucun mort et ce sabotage visait à couper le courant électrique à Alger. Son recours en grâce a été refusé par René Coty après l’avis défavorable du garde des Sceaux de l’époque, François Mitterrand.


Le film alterne ce fait historique oublié avec son histoire d’amour avec Hélène (Vicky Krieps) d’origine polonaise… et farouchement anti-communiste ! La photo est superbe et le montage d’une très grande subtilité. Une page méconnue de la guerre d’Algérie, sujet toujours très sensible de nos jours.

Le cinéma Louxor

CR de Madame Calvez, professeure documentaliste