Célébrations de la fin de la guerre d’Algérie au Lycée Jules-Ferry 1962 – 2022

Grâce à l’ONAC-VG (Mr Serrurier, Mr Salvat, Mme Boulahis ), ce mercredi 9 mars de 13h à 16h, les élèves de 3ème de Madame Epelbaum (Histoire) et Madame Dehamel (Français) ainsi que les élèves de la première 103 de Madame Plus (Français) et Madame Cuirot (Histoire) ont eu la chance de pouvoir écouter les témoignages d’anciens participants à la guerre d’Algérie. Au nombre de cinq, présentant une pluralité de points de vue, ils ont fait revivre l’histoire de ce conflit encore tabou en France, ils ont éclairé les élèves sur des aspects méconnus de cette période troublée.

Ce débat a été introduit par notre proviseure, Madame Boury, qui a rappelé l’urgence et l’importance du devoir de mémoire pour les élèves afin de continuer à porter les valeurs de la République française d’égalité, de fraternité et de liberté et ainsi perpétuer un message de paix plus que jamais nécessaire.

Etaient présents : Madame Lalia Ducos, Monsieur Jean-Paul Ducos, Monsieur Jean-Frédéric Guischard, Monsieur Messaoud Kafi et Madame Jaqueline Gozland .

Les élèves ont ensuite pu poser des questions qui se sont révélées très pertinentes. L’émotion était palpable dans cette salle 300 située au dernier étage du lycée, baignée par le soleil en cet après-midi.

Une équipe de France 2 est venue filmer cette intervention car le devoir de mémoire sur la guerre d’Algérie n’en est encore qu’à son début dans les lycées français.

Un grand merci aux responsables de l’ONAC-VG sans qui de telles interventions auprès des élèves ne seraient pas possibles : Monsieur Serrurier, Monsieur Salvat, Madame Boulahis et Monsieur l’inspecteur Stéphane Vrevin qui a pris la parole en début de séance pour rappeler l’importance de l’histoire à l’école pour former les citoyens de demain.

Les témoins par ordre de prise de parole :

Les élèves ont pu ensuite discuter avec les témoins qui se sont montrés très chaleureux avec eux.

Les équipes de France 2

CR de Mme Calvez, professeure documentaliste au CDI lycée

Une soirée au théâtre pour les 3e2 et un atelier d’initiation

Les 3e 2 ont étudié Rhinocéros, la nouvelle d’Eugène Ionesco, avec Mme Levieux, afin de comprendre comment dénoncer les travers de la société par le biais de la littérature; Pour donner vie à cette réflexion, les élèves et leurs enseignantes se sont rendus lundi 07 février, au théâtre de l’Essaïon, dans le quartier du Marais, et ont eu la chance d’assister à une formidable représentation mise en scène par Catherine Hauseux et admirablement interprétée par le comédien Stéphane Daurat, seul en scène. L’occasion aussi, pour eux, de comprendre comment scénariser et mettre en scène une nouvelle pour le théâtre.

Vendredi 11 février, Stéphane Daurat, le comédien de Rhinocéros, est venu à la rencontre des élèves au lycée pour leur permettre de bénéficier d’un atelier d’initiation au théâtre. Seuls ou à plusieurs, les élèves se sont livrés à des exercices d’improvisation avec énormément d’enthousiasme. Pendant deux heures, le comédien a transmis son amour du théâtre et son plaisir de jouer la comédie.

Tous les élèves, même les plus réticents se sont prêtés au jeu avec un engouement non dissimulé. Peur, colère, amour, gêne, surprise, tristesse, rire… Un très beau moment d’échange, qui nous l’espérons, aura peut-être fait naître quelques vocations.

Compte rendu d’E.Sansonetti, professeure documentaliste du collège

« Journée de la mémoire » en Sorbonne pour nos classes de 3e4 et Tle2

Commémoration anticipée du 80ème anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité

            A l’occasion de cette commémoration, les élèves de 3e4 et Terminale 2 ont su faire mémoire avec force et émotion, de leurs camarades du Lycée Jules Ferry déportés en 1942, ce vendredi 28 janvier, en Sorbonne.

Intervention de nos élèves de Terminale 2 et 3e4 : Léa, Antoine, Solal et Rose

            Cette journée organisée en partenariat avec le rectorat de Paris et le Mémorial de la Shoah, et portée par le travail de Mme Cuirot et l’investissement de Mme Epelbaum, a permis aux élèves et enseignants de vivre un moment extrêmement émouvant. En effet, durant une heure, Esther Senot, Rachel Jedinak et Arlette Testiler ont livré leur récit personnel de la rafle du Vel d’hiv’, au travers de leurs souvenirs d’enfant. Des témoignages bouleversants dont les élèves ont su prendre toute la mesure.

Témoignages d’Esther Senot, Rachel Jedinak et Arlette Testiler. Médiation assurée par Hubert Strouk du Mémorial de la Shoah

            Cette commémoration a été ponctuée par les magnifiques interprétations de l’ensemble vocal du Lycée La Fontaine : Nuits et Brouillard, La Rue des Rosiers, Le Chant des Marais, La Marseillaise.

Ensemble vocal du lycée La Fontaine

            Et ce fut également l’occasion de rendre hommage à Raphaël Esraïl, Président de l’Union des déportés d’Auschwitz, décédé le 22 janvier.

            Sans nul doute, cette journée du souvenir aura donc su engager nos élèves dans la réflexion du devoir de mémoire, mais aussi leur rappeler l’importance de porter les valeurs de la République.

Crédits photos : élèves de Jules-Ferry et des témoins – Sylvain Lhermie © Rectorat de Paris

CR de Mme Sansonetti, professeure documentaliste du collège

Sortie à la Maison de Balzac pour la classe de seconde 2

Dans le cadre d’un projet de classe annuel “Balzac et la représentation (du corps) des femmes”, les élèves de la seconde 2 de Madame Viennot-Franca, professeure de Lettres et d’Histoire des arts, ont découvert la Maison de Balzac et bénéficié d’une visite guidée de l’exposition Le chef-d’œuvre inconnu. Entre génie et folie.

A leur arrivée, les élèves ont été répartis en 2 groupes : un groupe, encadré par Madame Viennot-Franca, a participé à un atelier artistique dans la bibliothèque du musée puis a visité les expositions permanente et temporaire tandis que l’autre groupe, encadré par Madame Vaninetti, professeure d’anglais, a débuté la matinée par la découverte des expositions avant de s’adonner à des activités artistiques et littéraires.

Ateliers de pratique artistique

Les ateliers autour du Calligramme ont été menés par Angélique Ivanov, intervenante plasticienne du Louvre. Elle a invité nos élèves à explorer des mots et des formes poétiques autour du corps féminin. Après avoir choisi 10 mots évocateurs de la femme (son corps et son identité), les élèves ont pensé à une image poétique pour concevoir un texte. Ils ont ensuite dessiné une forme en lien avec ce texte pour créer leur Calligramme.

Après un temps de réflexion, les élèves se sont lancés avec enthousiasme et détermination dans la conception de leur dessin stylisé.

Le temps a cruellement manqué à nos jeunes artistes en herbe pour achever leur calligramme lors de l’atelier. Ils ont été autorisés par leur enseignante à finaliser leur « Chef-d’ œuvre inconnu » hors temps scolaire.

L’ensemble de leurs productions sera réuni en fin d’année dans un « carnet de voyage » collectif qui illustrera la représentation (du corps) des femmes chez Balzac, en convoquant simultanément les Arts et les Lettres.

Voici un florilège fort prometteur de quelques-unes de leurs réalisations…

Visite des collections permanentes du musée

Les deux groupes ont été guidés dans leur visite des différentes salles du musée : l’un par le directeur, Monsieur Gagneux, l’autre par une conférencière. Ils ont tous deux insisté sur l’universalité de Balzac et souligné son rayonnement aujourd’hui encore dans le monde entier : lire Balzac donne les clés pour comprendre le monde actuel et le fonctionnement de toute société. Ils ont orienté leur présentation des collections permanentes sur la thématique de la création artistique dans l’ œuvre balzacienne pour la mettre en lien avec l’exposition temporaire.

Découverte de l’exposition temporaire « Le Chef-d’Oeuvre inconnu. Entre génie et folie ».

Cette exposition interroge le processus de la création artistique et permet de découvrir ou redécouvrir la nouvelle de Balzac par le prisme de l’art avec des adaptations très libres de différents artistes contemporains comme Picasso, Eduardo Arroyo, Paula Rego ou Jacques Rivette avec son film La Belle Noiseuse.

Oeuvre de Paula Rego, « Painting Him Out », 2011 – inspirée par la nouvelle de Balzac

https://www.maisondebalzac.paris.fr/fr/relations-familiales-et-professionnelles

La classe de 1ère HLP rencontre Maylis de Kerangal !

Cette année , nous étudions dans le cadre de notre enseignement de la spécialité HLP, Humanités Littérature Philosophie, les pouvoirs de la parole.
Nous avons lu le récent ouvrage de Maylis de Kerangal, Canoës, un recueil de nouvelles centré sur la voix humaine et nous avons eu la chance de rencontrer l’autrice, le mardi 14 décembre dans la librairie L’Usage du Monde.

Rencontre de la classe de 1ère HLP avec Maylis de Kerangal
Moment d’échanges entre les élèves et l’autrice

Maylis de Kerangal est née le 16 juin 1967 à Toulon puis a grandi au Havre. Cette ville a eu un impact dans sa vie, la mer étant importante dans certaines de ses œuvres. Elle a fait des études d’histoire, de philosophie et d’ethnologie à Paris. Elle a travaillé chez Gallimard en 1991 puis a fait deux séjours aux Etats-Unis dans le Colorado. Son premier roman Je marche sous un ciel de traîne est publié en 2000.

Dans ses livres l’autrice engage souvent un dialogue avec l’actualité, comme dans son recueil Canoës, publié en mai 2021. C’est un recueil de 8 nouvelles indépendantes mais qui ont un lien entre elles. Elle y décrit les pouvoirs de la parole. Elle a composé ce recueil dans une période où le virus du COVID 19 s’attaquait aux poumons ; les cordes vocales étaient endommagées et les voix masquées. Pour elle, le confinement a été un temps d’intensification de la voix puisque nous devions communiquer par des appels avec des voix et non plus avec des corps. On était séparés du corps des autres. (Texte de Mélanie, Yasmine, Mélodie, Awa)

Dans le cadre de ce projet de classe autour des Pouvoirs de la parole, avant de nous faire explorer la richesse des voix humaines dans l’ouvrage Canöes de Maylis de Kerangal, notre professeure de Français, Catherine Viennot Franca, nous a auparavant emmenés au théâtre voir la pièce Fraternité, un conte fantastique, une création de Caroline G.Nguyen aux Ateliers Berthier.


Nous avons pu apprécier les différentes voix des comédiens, amateurs et professionnels mélangés, les différentes langues sur scène, l’américain avec Rachel la scientifique, l’arabe avec la poésie récitée de Farid, le français décliné sous différentes facettes avec des accents africains ou chinois ; cette profusion de voix humaines portait les émotions de manière variée et étonnante.

Représentation de FRATERNITÉ, Conte fantastique © Jean-Louis Fernandez

Ce spectacle nous a surtout montré les pouvoirs de la parole dans le jeu du corps des comédiens, leurs gestes et leurs mouvements sur scène mais également des représentations du monde à travers leurs langages et leurs langues.

Notre professeur nous a aussi parlé d’un livre, Voix off de Denis Podalydès, un récit de l’acteur accompagné de photos personnelles et d’un disque où il réunit sa voix aux voix de sa vie, de Barthes à Trintignant, de Léautaud à Desarthe, en passant par les voix de sa famille. Dans cet essai autobiographique, Denis Podalydès réveille un souvenir avec chacune des voix qui l’ont influencé.

Texte rédigé par les élèves de la classe de 1ère HLP