Histoire des arts

Histoire des arts

Pour qui et pourquoi ?

Pour tous les élèves curieux de découvrir ou de développer une culture artistique et pour ceux et celles construisant un projet professionnel dans le domaine de la création ou de la culture.

Des lycéens déjà engagés dans cette option en 1ère ou en Terminale témoignent : tantôt c’est pour eux « un supplément d’âme à l’enseignement académique des autres disciplines » car c’est « un savoir gratuit », pour d’autres cet enseignement donne une culture qui est « un atout pour des études futures » car c’est un savoir qui « nous distingue ».

Mais tous ne voient pas l’histoire des arts comme un facteur de discrimination ; au contraire, c’est pour eux « une aide précieuse pour le bac en particulier pour les élèves non performants » en raison des sorties et activités qui sont « une autre façon, passionnante, d’enseigner  ». Des élèves n’hésitent pas à dire qu’il remplit une fonction démocratique « en donnant à des élèves de milieu modeste un accès à la culture ».

Une Pieta baroque, Rome voyage d’études en seconde, avril 2019

Si vous êtes créatifs, imaginatifs ou désireux de sortir des sentiers balisés pour partir à la découverte d’œuvres et de cultures de toutes origines, si vous cherchez à compléter une éducation généraliste pour construire un profil singulier, cette option est faite pour vous.

1. Enseignement  de spécialité en classe de Première et de Terminale

La spécialité Histoire des arts de 4 heures par semaine en 1ère porte sur l’étude ordonnée en 6 thématiques des grandes formes d’expression artistique qui constituent le patrimoine et l’actualité artistiques de l’humanité, en France et dans le monde : arts visuels (peinture, sculpture, photographie, estampe, dessin, illustration et bande dessinée, etc.), architecture, design, arts décoratifs, urbanisme et art des jardins, musique, cinéma, danse, arts du spectacle, etc. et comporte un projet collectif annuel défini par les enseignants en fonction des opportunités de l’actualité artistique et culturelle parisienne.

Organisation de l’enseignement

Les apprentissages se font au lycée mais aussi sur les lieux de culture car la mise en œuvre de cet enseignement de spécialité passe par l’intervention d’institutions et d’acteurs culturels sous la forme :

  • de partenariats (avec des institutions proches du lycée comme le musée de la Vie romantique, le théâtre de l’Œuvre, la galerie,  Le BAL, … ou plus éloignées comme le musée d’Orsay, le théâtre de l’Odéon, l’Opéra Comique, le Musée du Quai Branly, le palais de Tokyo…).
  • d’un projet collectif annuel autour d’un événement artistique ou d’une œuvre, pour donner à l’élève une expérience sensible et une approche des métiers en relation avec la création artistique.
Elèves de 1ère Spécialité médiateurs culturels pour la Nuit des musées à la Cité de l’architecture en mai 2019

En fin de 1ère, les élèves peuvent choisir de passer une épreuve obligatoire pour le baccalauréat ou poursuivre en terminale cet enseignement de spécialité de 6 heures par semaine et passer un examen en fin d’année dans le cadre du baccalauréat épreuve finale.

2. Enseignement  en option facultative pour tous en classe de 2nde, de 1re et de Terminale

Un enseignement Histoire des arts est aussi accessible au lycée Jules Ferry sous la forme d’un enseignement facultatif de 3 heures par semaine sur les trois années quelle que soit la classe de seconde ou la spécialisation choisie dans le cycle terminal.

  • L’enseignement de seconde développe un parcours chronologique en 5 périodes de la Préhistoire à nos jours organisé en foyers de création représentatifs des 5 périodes historiques.  Un projet collectif annuel défini par les enseignants en fonction des opportunités de l’actualité artistique et culturelle parisienne permet de développer un travail sensible mais méthodique avec l’objectif de rencontre de professionnels, d’oeuvres, de lieux. L’objectif est de préparer les élèves à la spécialité proposée en cycle terminale.
  • En Première l’enseignement de 3 heures s’organise autour de questions thématiques définies annuellement et met les élèves en situation dans le cadre de projets avec des partenaires.
  • En Terminale une seule question définie annuellement permet de remobiliser les apprentissages et d’élargir les points de vue avec l’objectif d’un oral comptabilisé pour le Baccalauréat.

L’enseignement facultatif est accessible aux élèves des autres établissements du bassin.