François Fouquet-Dubois, artiste en résidence au lycée Jules Ferry

bannière topographie nveau format

Projet

C’est un projet soutenu par la DRAC Ile-de-France et la DAAC de Paris, qui prend racine au cœur de divers établissements scolaires et institutions culturelles, dans un nœud de circulations, directions, énergies parfois contraires.
Le projet vise à interroger les multiples réseaux (objectifs et subjectifs) qui animent un segment de territoire donné, à savoir le quartier entre la cité scolaire Jules Ferry/ MAMVP/ Colbert/ Renoir (9ème – 10ème – 18ème – 16ème ). Le sujet d’étude de la résidence est l’exploration multiple et interactive de l’espace géographique et de ses réseaux topo-graphiques en cherchant à sortir des sentiers battus.

Dans la résidence, il s’agit de promouvoir l’idée qu’il existe une multitude de façons de percevoir et d’appréhender un quartier, un espace, un patrimoine, en valorisant la subjectivité des perceptions.

IMG_0327 FFD Spirale
SPIRALE- MOUVEMENT. François Fouquet-Dubois.
Lycée Jules Ferry, octobre 2014.

L’artiste 

François Fouquet-Dubois, artiste plasticien, est déjà intervenu dans l’établissement lors des nuits blanches 2013. Dans le parloir des Lettres, François Fouquet-Dubois et Anne Charbonneau, professeur d’arts plastiques avaient présenté « Anonymous Knowledge », œuvre interrogeant l’enseignement des Beaux-arts à travers d’anciens bustes en plâtre, incorporés à une installation lumineuse qui s’était réappropriée un bureau administratif.

IMG_7772-1024x768 ffd
ANONYMOUS KNOWLEDGE .François Fouquet-Dubois. Lycée Jules Ferry, 2013.

Principe 

-Faire se rencontrer, et travailler ensemble, différents publics et générations (enseignants, élèves, personnels administratifs et techniques, parents…)
-Format de travail ponctuel ou plus construit dans l’année au rythme de chacun.
-Des niveaux différents : de la 6ème aux classes préparatoires, et viser si possible les croisements entre niveaux.
-Intégrer le maximum de disciplines d’enseignement (AP/ AA/ Sciences, Lettres, Histoire-géo, SVT, EPS, Technologie, Philosophie, Musique, Arts…)
-Susciter des projets en groupe, croisements …
-Les projets Tice seront valorisés / échanges numériques via la plateforme du blog : visibilité du Process sur le réseau web.

Des possibles

-Construire de nouvelles modalités de déambulations décalées dans le territoire, expérience de visite en prenant des chemins de traverse, promenade discursive,
-Microprojets avec des collégiens et lycéens,
-Evénements de restitution partielle ou finale,
-Workshops sur un temps restreint avec le plasticien,
-Supports en libre accès (blog, ressources numériques),
-Captations sonores du paysage urbain (vidéos…),
-Rencontres, projections de films expérimentaux,
-Visites d’expositions,
– Construire des mini-guides de visites expérimentales des établissements, totalement décalés dans leur forme et leur contenu

-Le support carte sera particulièrement interrogé (cartes mentales, cartes des possibles, …)
-Des débats / lieu de réflexions sur les notions de communication.
-La restitution du projet, même s’il est encore trop tôt pour en donner toutes les modalités, pourra prendre la forme d’installations combinées à un contenu numérique.

Laboratoire de travail
Un espace identifié dédié toute l’année au projet, et accessible à tous les acteurs du lycée, est aménagé en espace de travail. Une baie vitrée favorise l’ouverture et la visibilité en permanence entre intérieur et extérieur pour les curieux et amateurs. Cet espace de travail est implanté dans le lycée sur un axe majeur de circulation et de communication dans le bâtiment. On peut rencontrer François Fouquet-Dubois dans son atelier, installé en salle 115 tous les lundis.

Structure culturelle : le Mam
Il existe un partenariat bien développé entre la cité scolaire Jules Ferry et le Musée d’art moderne de la ville de Paris. Cette implantation entend renforcer les liens entre les institutions culturelles.

                                            Contacts

                                                      Le blog à consulter pour suivre le projet  : Blog Topographie 

                                                      Adresse d’envoi : residenceartiste@gmail.com

                                                       François-Fouquet Dubois, artiste plasticien

                                                       Anne Charbonneau, professeur d’arts plastiques       

                                                       Philippe Guy et Sandrine Mazokopakis, documentalistes

 

Le lycée Jules-Ferry a fêté son centenaire au cours de l’année scolaire 2013-2014

Photo : Pavel CLOSSON
Ce film de Pavel CLOSSON retrace l’ensemble des manifestations qui se sont déroulées en 2013-2014: journée européennes du Patrimoine, cérémonie d’inauguration du 1er octobre 2013, Nuit blanche, banquets républicains, projection du film « Diabolo Menthe » de Diane Kurys, lecture commémorative pour les élèves juives déportées, spectacles de fin d’année, expositions au lycée et à la brasserie Wepler de la Place de Clichy, conférences…
Dans cette vidéo, Vassili CHAVAROCHE nous révèle les secrets de l’architecture du Lycée, construit en 1913. La vidéo nous propose également un regard décalé sur l’histoire du lycée et de son patrimoine et porte le regard des jeunes sur leur lycée à travers plusieurs entretiens d’élèves de la 6e aux classes préparatoires.
Continuer la lecture de « Le lycée Jules-Ferry a fêté son centenaire au cours de l’année scolaire 2013-2014 »

Spectacle « Jules-Ferry en guerre », le jeudi 5 juin à 18h30

Les élèves de la classe du CM2a de l’École Lepic viennent donner une représentation de leur spectacle Jules-Ferry en guerre  dans notre lycée. Cette adaptation théâtrale de l’histoire du lycée pendant la Première Guerre mondiale aura lieu : JEUDI 5 JUIN 2014 18h30, sous la coupole.

JULES-FERRY EN GUERRE »

 L’école élémentaire du 62 rue Lepic baigne incontestablement dans un environnement militaire. Toutes les rues qui l’entourent renvoient aux nombreux épisodes guerriers de l’histoire de notre pays. La rue d’abord : Louis Lepic, émérite combattant des armées révolutionnaires puis impériales ; plus bas : Caulaincourt, passé du métier des armes à la diplomatie. Descendons un peu, c’est Damrémont qui périt durant la conquête de l’Algérie. Plus haut sur la butte, tombèrent les généraux Clément et Thomas, le premier jour de la Commune.

 Plus près de nous, la mémoire douloureuse du petit Joseph Weismann, habitué des bancs de l’école et raflé un matin de juillet 1942. Enfin, à droite en montant, à quelques mètres : la ruelle de l’Armée d’Orient, en souvenir des troupes expédiées dans les Balkans durant la Première Guerre mondiale, la Grande guerre, comme l’exprimèrent rapidement les combattants survivants des premières tueries de l’automne 1914…C’est dire que l’école Lepic, déjà aux premières loges le 18 mars 1871, ne pouvait demeurer insensible à l’annonce du centenaire de « notre » Première Guerre mondiale.

 L’histoire livre d’autres surprises : la cuvée 2013-2014 des CM2a se heurtait parallèlement, à un autre centenaire : celui du Lycée Jules-Ferry. Il n’y avait donc plus qu’un pas à franchir : en l’occurrence, le pont Caulaincourt sur lequel circulent ses élèves qui fréquentent le collège éponyme.

 A peine ouvert, le lycée fut donc confronté à la guerre. Jeune député, Jules Ferry connut celles du Second Empire. Maire de Paris, il eut à déplorer les premières défaites de 1870.Président du Conseil, il orchestra des conquêtes coloniales, à l’origine d’un empire au trouble destin. Multi-présente, la guerre entoure le personnage et les premiers pas de l’établissement qui porte son nom. Ainsi, les élèves du CM2a de la rue Lepic s’efforceront de le montrer, Jules-Ferry fut toujours « en guerre ».

 

Semaine de la Presse 2014 : un grand succès !

La Semaine de la Presse est un moment important dans les établissements scolaires. Le kiosque installé au CDI a permis à de nombreux élèves de découvrir et de feuilleter une grande variété de journaux et de magazines. Des enseignants ont ainsi pu proposer à leurs élèves de concevoir des revues de presse. Certaines classes ont eu la chance d'approcher le "monde de la presse" grâce à la présence de professionnels – rédacteurs en chef, journalistes, graphiste et enseignant formateur – venus parler de leur travail. Leurs interventions ont suscité de riches échanges et bon nombre de questions de la part des élèves, sur le cheminement de l'information et sur les métiers du journalisme. Certains de nos jeunes ont en effet manifesté le souhait de devenir journalistes.                                                               

 

Monsieur Eglin, graphiste pour le magazine Okapi a inauguré la Semaine. Il est intervenu dans les classes de 6ème4 et 5ème3 de Mme Charbonneau, professeur d'arts plastiques.

okapi démoDSC03978 okapi

Les séances ont débuté par une présentation personnelle et une explication à la fois des métiers de la presse et du processus de conception d'un numéro d'Okapi.

okapi vue générale 2

okapi journal déplié 2

 

Tout en feuilletant les magazines mis à leur disposition, les élèves ont pu comprendre et apprécier les composantes du métier de graphiste grâce aux différents éléments de travail, apportés par M.Eglin : chemin de fer, roughs, crayonnés, maquette en cours d'élaboration, épreuves de gravure et bonne feuille d'impression.

Ils ont même eu droit à un scoop ! Le sujet à la Une du numéro de mai leur a été dévoilé : "Les projets les plus fous : tours végétales et réalisations incroyables dans les airs et dans les mers"…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rencontre entre M.Leparmentier, rédacteur en chef du Monde et la classe de 11L de Mme Braud-Denamur, professeur de lettres, a débuté par une présentation générale des métiers de la presse. Notre intervenant a rappelé l'importance du comité de rédaction. Il a beaucoup insisté sur les grands changements que connaît la presse depuis l'essor du numérique,  au niveau de l'accès et du traitement de l'information et également en ce qui concerne les pratiques, complètement renouvelées.

le monde 2

Le Monde

le monde 3

Les élèves se sont montrés très réceptifs et ont interrogé avec un vif intérêt M.Leparmentier sur les choix éditoriaux du journal et sur la liberté de la presse en général.

 

 

 

 

 

 

 

Le rédacteur en chef a souligné l'importance d'acquérir une bonne culture générale, une parfaite maîtrise de l'anglais et d'internet et surtout de faire preuve d'une grande curiosité pour réussir professionnellement dans le milieu journalistique.

 

 

 

 

 

Deux rédactrices de la nouvelle revue artistique Entre sont intervenues dans les classes de 4ème4 et de 6ème1 de madame Charbonneau et ont présenté de façon concrète l'ensemble des métiers de la presse, donnant un éclairage sur toutes les spécialités qui font exister une revue. Elles ont ensuite proposé aux élèves de feuilleter différents numéros afin de découvrir par eux-mêmes les rubriques et de comprendre la maquette générale.

DSC03996

Les élèves ont ainsi pu être sensibilisés à tout le processus de fabrication d'une revue.

DSC04022Les rédactrices ont ensuite proposé aux jeunes une activité de pratique artistique. Il s'agissait comme le suggère le principe même de la revue Entre, d'entremêler deux oeuvres d'artistes, Koleman Moser et Julien Salaud pour en constituer une nouvelle.

DSC04011

DSC04014

DSC04007

travail d'élèves modifié2

Une prolongation de cette rencontre a même été envisagée. Les créations  des élèves semblant très réussies aux yeux de tous, comme en témoigne à titre d'exemple, l'oeuvre ci-dessus, les rédactrices souhaitent présenter les réalisations des élèves à l'un des artistes, Julien Salaud.

 

Mme Gaëlle Le Solleu, rédactrice en chef de l'Eléphant, nouvelle revue de culture générale, a rencontré la classe de 28 de madame Lévy-Piarroux, professeur de lettres. Après avoir raconté comment elle a créé l'Eléphant, elle a présenté une brève histoire de la presse qui débute avec la Gazette de Théophraste Renaudot puis rappelé la loi sur la liberté de la presse en 1881, encore en vigueur aujourd'hui. Elle a défini les métiers exercés par ses proches collaborateurs : journalistes, iconographes, rédacteurs occasionnels et plus généralement tous les métiers concernés par la chaîne de production d'une revue. Le rédacteur en chef s'apparente à un véritable  chef d'orchestre.

DSC04048

Chaleureuse et enthousiaste, Gaëlle Le Solleu a suscité l'intérêt des élèves qui ont posé de nombreuses questions, sur les métiers de la presse et sur les études pour y parvenir, sur la charte éditoriale,  le lectorat et la diffusion de la revue.

 

M. Marhic, enseignant formateur a été accueilli par Mme Cavaleri, professeur d'espagnol dans sa classe de 3ème. Il a abordé avec les élèves la lecture des images de presse en 3 étapes :

– Connaître et reconnaître les 5 fonctions de l'image de presse.

– L'intertextualité et "l'inter-iconographie" ou le besoin d'avoir une certaine culture pour bien comprendre l'image.

– L'image du journaliste dans les médias (mise en scène de reporters de guerre, mise en scène artistique, caricature).

 

 

M.Poncet, rédacteur en chef sur Point.fr interviendra prochainement dans la classe de 3ème5 de Mme Braud Denamur pour présenter la version numérique du magazine Le Point et définir les fonctionnalités et la place  de la presse numérique aujourd'hui.

 

 Rendez-vous en 2015 pour la 26ème Semaine de la Presse !