Film du Centenaire de Jules-Ferry à découvrir ou à revoir sur YouTube

La projection du film « Centenaire du Lycée Jules ­Ferry 1913­-2013 », a eu lieu le jeudi 9 avril sous la Coupole.
Ce film d’une durée de 55′ retrace l’ensemble des manifestations qui se sont déroulées l’année dernière: journées européennes du Patrimoine, cérémonie d’inauguration du 1er octobre 2013, Nuit Blanche, banquets républicains, projection du film Diabolo Menthe de Diane Kurys, lecture commémorative pour les élèves déportées, spectacles de fin d’année…

Le film est visible sur Youtube, à partir du lien suivant  https://www.youtube.com/watch?v=WnPg0GTjRIM

 

Sortie du Club maths en Mésopotamie

Un petit voyage… de 3500 à 1000 avant J.C. , entre les fleuves du Tigre et de l’Euphrate…

C’est sur les tablettes d’argile de Mésopotamie que l’on trouve les plus anciennes traces d’écriture… et de numération de l’humanité.

Cinq membres du Club Maths sont descendus au Louvre pour (modestement) enquêter devant des tablettes archaïques sumériennes, et admirer l’étendue et la rigueur des mathématiques babyloniennes…

sortie Mésopotamie1
Une des tablettes archaïques étudiées : montants de malt et de gruau
pour la fabrication de la bière…
Le cartel fait allusion à une erreur dans le total des quantités de malt : Mark part à sa recherche..
Le cartel fait allusion à une erreur dans le total des quantités de malt :
Mark part à sa recherche..
Céline, Célia, Basile et Lou planchent eux aussi sur « leurs » tablettes !
Céline, Célia, Basile et Lou planchent eux aussi sur « leurs » tablettes.
Dans les salles babyloniennes, une tablette présentant un heptagone régulier... et le calcul de la hauteur d'un des sept triangles isocèles le composant.
Dans les salles babyloniennes, une tablette présentant un heptagone régulier…
et le calcul de la hauteur d’un des sept triangles isocèles le composant.
Nous ne pouvions pas, même si nous étions loin alors des Mathématiques et de la Mésopotamie proprement dite, ne pas finir par le Palais de Darius. Les cinq, chacun devant son gardien immortel ! (désolé pour le flou, le soir venait, la lumière déclinait..)
Nous ne pouvions pas, même si nous étions loin alors des Mathématiques
et de la Mésopotamie proprement dite,
ne pas finir par le Palais de Darius.
Les cinq, chacun devant son gardien immortel !
(désolé pour le flou, le soir venait, la lumière déclinait..)

Nous y retournerons bientôt, pour reprendre le parcours sous un autre angle : plus historique cette fois.

Fabien Marsan, Animateur du club Maths au Collège-Lycée Jules Ferry

 

Spectacle « Jules-Ferry en guerre », le jeudi 5 juin à 18h30

Les élèves de la classe du CM2a de l’École Lepic viennent donner une représentation de leur spectacle Jules-Ferry en guerre  dans notre lycée. Cette adaptation théâtrale de l’histoire du lycée pendant la Première Guerre mondiale aura lieu : JEUDI 5 JUIN 2014 18h30, sous la coupole.

JULES-FERRY EN GUERRE »

 L’école élémentaire du 62 rue Lepic baigne incontestablement dans un environnement militaire. Toutes les rues qui l’entourent renvoient aux nombreux épisodes guerriers de l’histoire de notre pays. La rue d’abord : Louis Lepic, émérite combattant des armées révolutionnaires puis impériales ; plus bas : Caulaincourt, passé du métier des armes à la diplomatie. Descendons un peu, c’est Damrémont qui périt durant la conquête de l’Algérie. Plus haut sur la butte, tombèrent les généraux Clément et Thomas, le premier jour de la Commune.

 Plus près de nous, la mémoire douloureuse du petit Joseph Weismann, habitué des bancs de l’école et raflé un matin de juillet 1942. Enfin, à droite en montant, à quelques mètres : la ruelle de l’Armée d’Orient, en souvenir des troupes expédiées dans les Balkans durant la Première Guerre mondiale, la Grande guerre, comme l’exprimèrent rapidement les combattants survivants des premières tueries de l’automne 1914…C’est dire que l’école Lepic, déjà aux premières loges le 18 mars 1871, ne pouvait demeurer insensible à l’annonce du centenaire de « notre » Première Guerre mondiale.

 L’histoire livre d’autres surprises : la cuvée 2013-2014 des CM2a se heurtait parallèlement, à un autre centenaire : celui du Lycée Jules-Ferry. Il n’y avait donc plus qu’un pas à franchir : en l’occurrence, le pont Caulaincourt sur lequel circulent ses élèves qui fréquentent le collège éponyme.

 A peine ouvert, le lycée fut donc confronté à la guerre. Jeune député, Jules Ferry connut celles du Second Empire. Maire de Paris, il eut à déplorer les premières défaites de 1870.Président du Conseil, il orchestra des conquêtes coloniales, à l’origine d’un empire au trouble destin. Multi-présente, la guerre entoure le personnage et les premiers pas de l’établissement qui porte son nom. Ainsi, les élèves du CM2a de la rue Lepic s’efforceront de le montrer, Jules-Ferry fut toujours « en guerre ».